Jour : 5 mai 2019

Voici quelques conseils et recommandations pour bien préparer l’oral du DNB (ou tout autre oral en présence d’un jury d’ailleurs).

I – Support ou pas support ?

1 – A moins d’être super doué(e) et de vraiment maîtriser mon sujet, je vais utiliser un support pour présenter mon travail. De nombreux supports peuvent être choisis (images, présentation numérique, fiches, tableau de la salle…). Je choisis donc le support le plus adapté. Le diaporama est probablement celui qui répond le mieux à ce genre d’oral. Je vais, en effet, pouvoir projeter mon plan, un peu de texte, des images et ainsi illustrer mon propos au fur et à mesure de la présentation.

2 – Quel que soit le support utilisé, je corrige mes fautes d’orthographe sur les documents présentésJe me fais relire par un adulte (voire plusieurs).

3 – Si j’utilise un diaporama ou une carte mentale (à projeter sur le tableau), je m’assure de plusieurs choses pour le “jour J” :

-> Je vérifie que ma clé USB fonctionne et que j’ai bien sauvegardé le bon document dessus ! De plus, j’utilise une clé qui ne comporte que le ou les fichiers de mon oral. Cela m’évitera de chercher le(s) bon(s) document(s) et de perdre du temps.

-> Je copie le contenu de ma clé sur une autre qui me servira en cas de plantage.

-> Je privilégie le format “PDF” qui est lu sur quasiment tous les ordinateurs. (Je peux garder le format d’origine, Powerpoint par exemple, mais je ne m’en servirai que si je dispose du logiciel sur l’ordi utilisé dans la salle de l’oral).

II – Le choix de la tenue et de ma posture :

L’oral est un exercice auquel je serai confronté plusieurs fois pendant ma vie professionnelle. Les jurys (ou les recruteurs) sont très attentifs à la manière dont un(e) candidat(e) se présente face à eux. La première impression est déterminante pour la suite de l’entretien.

1 – Je choisis une tenue correcte. Si je passe un oral durant le printemps ou l’été, je ne viens pas en short et en baskets ou avec un tee-shirt qui montre mon nombril devant le jury.  Si je porte un blouson ou un manteau, je le retire avent d’entrer (ou en entrant après avoir salué les membres du jury).

2 – J’adopte une posture adaptée à un entretien et à un oral :

-> Je n’arrive pas en donnant l’air trop décontracté(e). Je suis souriant(e) et j’essaie de maitriser mes gestes (je ne tire pas sur mon tee-shirt vers le bas, je ne me balance pas…). Pour réussir cet exercice, je me suis entrainé(e) devant un miroir puis devant mes parents.

-> Le jour de l’épreuve, je ne me précipite pas, je garde mon calme. Le jury sera bienveillant et cherchera à me mettre à l’aise pour que mon oral se passe le mieux possible. Avant l’épreuve, je me suis chronométré(e) pour vérifier que ma présentation dure bien 5 minutes. Cette préparation, absolument nécessaire, me permettra d’enlever du stress inutile.

-> Durant l’entretien, je suis attentif(ve) aux échanges avec les membres du jury.

-> Si durant les échanges, je ne comprends pas une demande ou une question, j’ai tout à fait le droit (à une ou deux reprises) de faire répéter ou de faire préciser au jury ce qu’il attend.

III – La maîtrise du sujet choisi :

L’oral se prépare. Je suis libre de choisir le sujet qui me plaît (ou qui en tout cas, me paraît le plus adapté). Du coup, le jury s’attend à ce que je me sois préparé(e) à la fois pour ma présentation mais aussi pour l’entretien qui va suivre.

Ma présentation doit donner envie au jury de me questionner sur différents points. Je peux essayer d’anticiper les questions que le jury pourrait me poser. Je dois donc maîtriser le plus de connaissances possibles à propos du sujet présenté. J’essaie aussi de réfléchir aux différents liens entre le sujet et ce que j’ai appris en cours, lors des interventions de différentes personnes ou lors des sorties et voyages durant mon parcours au collège.

IV – Le plan de ma présentation :

-> Une présentation, qu’elle que soit sa durée, nécessite de bâtir un plan. Ce plan va me permettre d’organiser ma pensée et ce que je veux dire. Il va de plus permettre au jury de comprendre ce que je propose et de me suivre durant ma prise de parole.

-> Un plan comporte toujours une petite introduction, deux ou trois parties et une conclusion. Il faut équilibrer le temps consacré aux différentes parties du plan. Sur une intervention de 5 minutes, on peut penser que l’intro et la conclusion vont durer chacune 30 à 45 secondes. Si j’ai choisi un plan en deux parties, je vais leur consacrer environ 2 minutes chacune.

-> Lors de ma présentation, je vais annoncer mon plan dans l’introduction. Il est possible de le faire de manière assez classique (“dans une première partie, je vais vous parler de…” “puis dans une seconde partie, je vous présenterai…”) ou de manière plus originale. Dans ce cas, le jury comprend le plan clairement sans que j’ai eu besoin de préciser (1ère partie… 2ème partie). Cette manière de présenter un plan est bien entendu plus difficile à réaliser.

-> Si j’ai annoncé un plan, il faut m’y tenir. Il ne s’agit pas de changer en cours de route ! Cela suppose aussi que j’ai bien préparé le travail.

-> Durant l’entretien, je peux avoir une fiche sur laquelle figure mon plan. Attention ! Je ne rédige pas tout ce que vais direJ’y indique les points essentiels (mots-clés…). Cette fiche me permettra de ne rien oublier. Il est conseillé de rédiger cette fiche avec un traitement de textes. Cela me permettre de me relire facilement. Je choisis une taille de caractère adaptée qui me permettra d’y jeter facilement un coup d’œil durant ma présentation.

-> Pour réaliser mon plan, je peux utiliser différentes techniques. L’une des plus connues (mais aussi des plus efficaces…) consiste à :

1 – J’écris dans un premier temps au brouillon tout ce que le sujet m’inspire. J’écris tout en vrac (j’écris ce qui me vient sans me soucier de l’ordre).

2 – Je vérifie que toutes mes idées correspondent bien au sujetJ’élimine ce qui n’a pas de rapport en le barrant.

3 – J’essaie de ranger les différentes idées en les classant. J’essaie d’imaginer comment je vais pouvoir présenter ces idées et dans quel ordre. (Je peux les numéroter).

4 – je dessine un tableau qui comporte le nombre de colonnes correspondant au nombre de parties que je souhaite présenter (sans oublier les colonnes pour l’intro et la conclusion). Je classe maintenant mes idées dans les différentes colonnes.

5 – Je vérifie que mes parties comportent un nombre d’idées équilibré. Je vérifie que mon plan est cohérent. On voit l’idée de départ, les différentes parties et enfin on comprend où j’ai voulu aller. On suit un cheminement logique et les idées s’enchainent correctement.

6 – Je laisse reposer quelques heures.

7 – J’essaie de me rappeler de mon plan, des différentes parties et des points qui le composent. Si c’est le cas, c’est que mon plan est clair dans mon esprit. Je n’aurai probablement pas beaucoup de choses à modifier. Si ça n’est pas le cas, il faut que j’y retravaille.

V – Mes choix, mes émotions, un regard critique :

L’entretien prolonge ma présentation. Durant l’épreuve, je dois montrer au jury que j’ai bien compris le sujet présenté. Mais je dois aussi donner mon avis, justifier mes choix, présenter ce que j’ai ressenti, critiquer un point précis le cas échéant.

 

Voilà, avec ces quelques conseils, vous devriez être en mesure de bien avancer votre travail. N’oubliez pas que la fiche d’inscription à l’épreuve doit être rendue avant le 07 mai impérativement.

Bien entendu, les professeurs et moi-même, nous nous tenons à votre disposition pour toute question ou pour vous apporter notre aide en cas de besoin.

Bon courage.

Pascal THOMAS